Ce qui se cache derrière les chiffres du télétravail en France

On ne gère bien que ce que l’on mesure. Or, le phénomène du télétravail, dont la croissance est un raz-de-marée en France depuis le début des années 2010, a longtemps été mal mesuré et sous-évalué.Dans ce contexte, le confinement nous oblige à ouvrir les yeux sur la réalité du télétravail en France. À temps complet et forcé, le télétravail est enfin devenu formel. Faut-il mieux équiper les salariés à domicile ? Que devient l’économie des bureaux ? Comment encadrer une équipe distribuée ?

©Halfpoint / Stock.Adobe.com

En 2020, on a ainsi découvert que les travailleurs concernés par le télétravail représentaient un tiers de la population active française. C’est à la fois beaucoup, au vu des chiffres sous-évalués qui circulaient auparavant, et peu, si on les compare à ceux des économies développées du nord de l’Europe (Suède, Pays-Bas, Danemark), où les emplois plus productifs liés à l’économie du savoir sont plus nombreux. Même pendant la pandémie, on semble cependant manquer de chiffres officiels auxquels se fier pour parler du phénomène avec autorité et faire des comparaisons internationales. Qu’est-ce qui se cache derrière ces chiffres français du télétravail, ou leur absence ?

Le télétravail n’est pas une catégorie de l’Insee, ni un critère fixe et stable sur lequel faire reposer des indicateurs. Il peut être formel ou informel. Il est le plus souvent partiel. Il est difficile de dire avec autorité qu’un métier est "télétravaillable" tandis qu’un autre ne l’est pas. Un professeur de lycée passe entre 15 et 20 heures devant ses élèves dans une salle de classe (en temps normal), mais passe au moins autant d’heures à préparer ses cours et corriger des copies à domicile ou au lycée. Quelle est la part de "télétravail" de ce professeur ?

Lire la suite (Institut Montaigne)