Comment mettre fin à l’illectronisme ?

17 % des Français sont frappés par l’illectronisme, et se retrouvent quotidiennement en difficulté dans une société de plus en plus digitalisée. De nombreux acteurs s’engagent pour réduire la fracture numérique, véritable urgence sociale.                    

©seventyfour / Stock.Adobe.com

Le confinement a exacerbé l’importance du numérique dans nos vies. Et cette période a également montré à quel point les personnes qui avaient des difficultés d’accès au numérique étaient pénalisées. Le télétravail pourrait perdurer et se généraliser, défavorisant ainsi les personnes ayant le moins accès à Internet. Le gouvernement avait annoncé, avant la crise sanitaire, un objectif de 100 % de dématérialisation pour les démarches administratives d’ici 2022. Si on ne sait pas si cet objectif sera atteint, il démontre qu’il est important d’accélérer la lutte contre l’illectronisme et l’exclusion numérique en multipliant les initiatives.

L’illectronisme, aussi appelé illettrisme numérique, désigne le fait de ne pas être capable de se servir d’Internet et des outils numériques. Selon une enquête de l’Insee, l’illectronisme touche 17 % de la population française. “Une personne sur quatre ne sait pas s’informer et une sur cinq est incapable de communiquer via Internet”, précise l’Insee dans son étude. L’institut ajoute qu’en 2019, “parmi les usagers d’Internet, 33 % n’ont ainsi pas été en mesure de se renseigner sur des produits et services et 49 % de rechercher des informations administratives”.

Lire la suite (mesdataetmoi.fr)