Identité numérique : praticité ou collecte généralisée ?

Prêt à créer une identité numérique ? Il le faudrait. L’Union européenne vise à ce que d’ici octobre 2022, chaque citoyen et résident de l’UE soient reliés à une identité numérique.

©Alterfalter - stock.adobe.com

FranceConnect rend les démarches administratives plus rapides et faciles. Une procédure réalisée via une des identités numériques et une autorisation suffisent à ne plus avoir le besoin de se plonger dans les papiers à la recherche d’un identifiant. Une fois les données validées par l’une des identités numériques de FranceConnect - ameli, impôts.gouv, l’Identité Numérique de La Poste - celles-ci sont réutilisées lors de démarches sur d’autres sites. Dans le cas de l’Identité Numérique de La Poste, plus de 900 services publics et privés sont ainsi accessibles avec des démarches simplifiées : assurance maladie, impôts, pôle emploi, Engie, Enedis, BNP Paribas, Boursorama Banque, ING…

« Des risques quant à la fin des démarches sans présenter son identité, et donc sur la fin de l’anonymat »

Guidé par le programme interministériel sur l’identité numérique, le déploiement de services pour prouver une identité en ligne va se renforcer en France avec l’application “service public d’identité numérique ”. Cette application publique donnera la possibilité aux utilisateurs d’importer les données des nouvelles cartes nationales électroniques. Au-delà d’un système d’authentifcation, “Service public d’identité numérique” permettra de fournir un justificatif d’identité, de justifier sa majorité, de donner une procuration, ou d’ouvrir un compte en banque. Son lancement est prévu pour 2022. Les entreprises Atos, Sopra Steria, Idemia, et Idakto sont chargées de développer le système de gestion de l'identité numérique accompagnant le développement de l’application.

Lire la suite (Siècle digital)