La signature électronique : le pilier de la transformation numérique post-Covid ?

Tandis que les économies mondiales souffrent encore des effets de la crise sanitaire, la pandémie a mis en évidence l'anachromisme que représente la signature papier. Imprimer un document, le signer, le scanner et l'envoyer par mail, voilà une habitude qui appartient au passé et qui ne répond plus aux attentes du home office, du travail hybride et globalement de nos sociétés hyper-connectés.

Pixabay

La fin de la pandémie ne signe pas la fin du travail à distance. Au contraire, la pratique semble s’installer durablement au sein des organisations. Aussi, lorsque les équipes sont dispersées, la productivité repose sur des flux de travail transparents et l’attente d’une signature à l’encre et au stylo constitue aujourd’hui un frein. C’est dans ce contexte que la signature électronique connait un fort développement. Le marché est d’ailleurs en hypercroissance (+25 % sur l’année 2020) et séduit des entreprises de toute taille. Les bénéfices sont nombreux : gains de temps, économies à tous les étages et impact écologique immédiat et mesurable. “Les entreprises ont maintenant une occasion de révolutionner une partie clé de leur activité grâce à la signature de documents“, explique Marc-Olivier Coudercher, Directeur du channel EMEA HelloSign, une société Dropbox.

Les chiffres parlent d’eux mêmes, 26 % des entreprises françaises ont adopté une solution de signature électronique depuis le début de la crise sanitaire. Parmi elles, 49 % l’ont utilisée pour parapher des documents réalisés dans le cadre de ventes et 41 % pour des documents liés aux ressources humaines.

Lire la suite (Le Monde informatique)