Le numérique, c’est pas automatique ! Apprenons à déconnecter !

Pour contrer les effets de la pandémie de la Covid-19, les outils numériques ont été spontanément et massivement mobilisés. Ce fut salvateur. Mais cela m’a aussi amenée à réfléchir sur la notion de frugalité digitale.

©Sergey Nivens / Stock.Adobe.com

Depuis peu, le débat écologique s’attarde sur la question numérique. L’aspect éthéré de nos activités digitales ne doit en effet pas nous faire oublier que l’ensemble de notre réseau d’appareillage informatique pollue plus que la circulation aérienne. Aujourd’hui, il représente 4% des émissions de gaz à effet de serre…plus que l’aviation civile à 2,5 % !

C’est aussi pour cette raison que la loi du 15 Novembre 2021 entend faire converger transition numérique et transition écologique. Elle vise à responsabiliser tous les acteurs du numérique : consommateurs, professionnels du secteur et acteurs publics.

Aujourd’hui, il existe deux approches principales pour essayer de résoudre ce problème.

  • L’innovation (IT for Green): cette stratégie vise à protéger l’environnement grâce à l’apport de créations technologiques
  • Le concept de Sobriété numérique (Green IT) :  qui consiste à optimiser les outils numériques dans l’optique réduire leurs impacts négatifs ( amélioration de leur efficacité énergétique et de la biodégradabilité des produits conçus)

Lire la suite (Forbes)