« Métavers » : le nouvel Eldorado ?

Le concept de métavers imaginé en 1992 voit aujourd’hui une convergence d’éléments conduisant à une nouvelle renaissance.

©timofeev / Stock.Adobe.com

Facebook mais aussi Alibaba et Tencent se lancent dans la course au « métavers » en investissant plusieurs millions de dollars. Si le concept de métavers n’est pas récent, l’usage commercial de ce monde digital connait depuis 30 ans des essais tout aussi réguliers que ses échecs. Les nouvelles technologies immersives peuvent-elles transformer ce concept en réalité économique pérenne ?

Le terme de métavers a été proposé par Neal Stephenson en 1992 dans son ouvrage Snow Crash. L’auteur définit lui-même ce mot comme une précision du terme de monde virtuel qui est trop vague et onirique. Le métavers est un « meta-univers ». Il existe donc en propre, en parallèle d’un univers réel dans lequel nous vivons.

Stephenson définit un métavers de la façon suivante :

C’est un méta-univers qui repose sur une base technologique (informatique), à finalité économique (une monnaie locale peut y avoir cours, elle génère des transactions et des bénéfices). Les participants ont un avatar interactif (pour transmettre des émotions). Le métavers doit pouvoir représenter une quantité réelle d’individus pour renforcer la similitude avec le monde physique (une foule est composée de plusieurs individus et non par un message de type « 200 personnes sont en salle d’attente »).

Lire la suite (Contrepoints)