Travail hybride et télétravail : les chefs d’entreprise changent d’avis

Dans les entreprises à forte intensité de main-d’œuvre, la question se pose de savoir si le télétravail et le travail hybride resteront en place dans l’ère post-Covid, ou si la direction décidera de faire revenir tout le monde dans ses bureaux. Une enquête récente suggère que les cadres soutiennent au moins partiellement le travail hybride et à distance.

©pikselstock - stock.adobe.com

Les formules de travail hybrides obtiennent donc le feu vert, pour l’instant. C’est ce qui ressort d’une enquête menée auprès de 1 500 cadres et publiée par Riverbed et Aternity, qui montre que 97 % d’entre eux acceptent qu’au moins certains employés travaillent en mode hybride sur le long terme. Une majorité, 83 %, s’attend à ce qu’au moins un quart de sa main-d’œuvre travaille à long terme dans un modèle hybride. L’année dernière à la même période, seuls 30 % des dirigeants étaient de cet avis.

En outre, 42 % des personnes interrogées dans des organisations à forte intensité de connaissances affirment que la majorité de leur main-d’œuvre sera hybride. Seuls 16 % acceptaient cette possibilité il y a un an.

Alors, les chefs d’entreprise et les gestionnaires changent-ils d’avis quant aux possibilités qui s’offrent à eux ? Ou vont-ils se replier sur leur besoin primaire de garder tout le monde dans leur champ de vision ? Comme l’a récemment déclaré Ed Zitron de The Atlantic : « Le travail à distance met à nu de nombreuses inefficacités et problèmes brutaux que les dirigeants ne veulent pas aborder parce qu’ils donnent une mauvaise image des dirigeants et de ceux qu’ils ont embauchés ».

Lire la suite (Forbes)