Exploitation des données personnelles par Facebook : l’usager est-il complice ?

En terme de protection des données personnelles des usagers des applications mobiles, Facebook n’a pas la meilleure réputation. Ainsi, le fait que certaines applications (utilisées sous Android) partagent les données privées des individus avec ce réseau social sans un consentement clair de leur part n’est pas surprenant. Ce fut le résultat une étude récente réalisée par Privacy International. MyFitnessPal, Indeed, Shazam ou TripAdvisor ne sont que quelques-unes des nombreuses applications Android qui envoient des données sensibles à Facebook.

Privacy International a réalisé une analyse détaillée de chacune de ces applications incriminées.

©Pixabay

Cette ONG, qui milite pour la protection des citoyens contre la violation de leur vie privée commise par les gouvernements et autres organisations, a examiné 34 applications (populaires) Android et a trouvé qu’au moins 21 d’entre elles (soit 61 %) « transfèrent automatiquement les données vers Facebook dès qu’un usager accède à l’application ». Ce qui est incroyable, c’est que cela est valable à la fois pour les personnes ayant un compte Facebook ou non et, le cas échéant, ces applications « coupables » transmettent toujours des données, même au cas où l’usager n’est pas connecté à Facebook.

En outre, la même étude a aussi signalé que, dans certains cas, les données que ces applications partagent avec Facebook sont « extrêmement détaillées et sensibles ». L’exemple type est celui de l’application Kayak, spécialisée dans l’offre et la comparaison des prix des voyages. Elle envoie à Facebook l’ensemble des informations détaillées sur les recherches de vols effectuées par les usagers de l’application : ville et date de départ, aéroport de départ et d’arrivée, date de retour, classe et nombre de billets voulus ou achetés entre autres. Les données partagées révèlent aussi des informations telles que le type de dispositif numérique utilisé par l’individu, la version de l’application exécutée sur l’objet connecté jusqu’à la résolution de l’écran.

Lire la suite (The conversation)