La politique numérique de l'Union européenne

5G, intelligence artificielle, protection des données, Gafa... entre innovation et régulation, l'Union européenne cherche à affirmer son autonomie numérique face aux géants américains et chinois.

©rustamank / Stock.Adobe.com

La révolution numérique bat son plein. Alors qu'en 2007, seuls 55 % des habitants de l'actuelle Union à 27 avaient utilisé internet au cours des 3 derniers mois, en 2019, ils étaient 86 % à y avoir recouru. Sur la même période, la part d'individus ayant réalisé un achat en ligne au cours des 3 derniers mois est passée de 20 à 49 %.

Au-delà des usages, le numérique génère d'immenses opportunités économiques et industrielles. Il soulève également d'importants enjeux géopolitiques et démocratiques. Face à la domination d'acteurs étrangers dans ce secteur, l'Union cherche à tirer son épingle du jeu.

Un marché commun du charbon, de l'acier ou des produits agricoles n'est pas un marché commun du numérique. Alors que la construction européenne a peu à peu limité les obstacles à la libre circulation des marchandises, des services, des capitaux et des personnes, le marché unique du numérique continue de souffrir de problèmes structurels.

Marché unique numérique : un état des lieux

D'une part, il fait face à une forte fragmentation. Les disparités économiques, sociales et d'infrastructures entre Etats membres ne les placent pas sur un pied d'égalité. Tant sur l'accès du public aux outils numériques que sur la digitalisation des administrations et des entreprises. Trois grands ensembles peuvent être distingués : les Etats les plus performants au nord, ceux dans la moyenne plutôt à l'ouest et au centre, enfin ceux accusant un retard au sud et à l'est.

Lire la suite (Toute l'Europe)