« Nous sommes tous illettrés du numérique selon les usages et les périodes de notre vie »

Alors que des dizaines de millions de personnes restent tenues à l’écart du potentiel du numérique, des acteurs se mobilisent pour que l’enjeu d’accessibilité du web ne soit plus perçu comme une contrainte mais comme une opportunité.

©anyaberkut / Stock.Adobe.com

À l’occasion de son appel à imaginer des solutions innovantes pour répondre aux besoins des oubliés du numérique, la Fondation Sopra Steria-Institut de France a échangé avec Orianne Ledroit, conseillère Inclusion et Environnement du secrétaire d’État chargé de la transition numérique et Frédéric Bardeau, fondateur de Simplon.co (l’école qui forme au numérique celles et ceux qui en sont le plus éloignés) et parrain du Prix Entreprendre pour demain 2021, organisé par la Fondation Sopra Steria-Institut de France.

En 2018, France Stratégie estimait que 13 millions de Français étaient éloignés du numérique, soit un citoyen sur cinq. Qui sont-ils ?

Le chiffre de 13 millions, c’est une photographie qui sert à poser un constat clair et quantifié sur une réalité dont les frontières sont poreuses. En fait, il n’y a pas un type d’exclusion numérique, mais de multiples facteurs de non-inclusion. 

Quand on parle de maîtrise du numérique, on sous-entend d’abord des compétences manipulatoires, c’est-à-dire l’utilisation de nouvelles machines et de nouveaux outils. Sont également exclus celles et ceux qui n’ont pas l’équipement ou la connexion au réseau nécessaires.

Mais être acteur de la société numérique va bien au-delà de ces savoir-faire : cela suppose de s’approprier un nouvel environnement et de maîtriser une nouvelle grammaire. Et d’être capable d’apprendre à apprendre dans un environnement mouvant. 

Lire la suite (Usbek et Rica)