Un nouveau souffle pour l’“open data” des territoires ?

Entièrement renouvelée dans sa composition, l’association Opendata France se dote également d’une nouvelle feuille de route pour appuyer les collectivités territoriales dans l’ouverture de leurs données publiques. Elle mettra notamment l’accent sur la qualité des données, l’acculturation des citoyens et collectivités aux enjeux de leur ouverture et la prise en compte de son impact social, économique et environnemental.

©sylv1rob1 / Stock.Adobe.com

“90 % des collectivités ne jouent toujours pas le jeu de l’ouverture des données.” Le constat est signé du délégué général de l’association Opendata France, Jean-Marie Bourgogne. Née en 2013 pour accompagner les collectivités locales dans l’ouverture de leurs données publiques, l’association présentait, le 1er avril, sa nouvelle feuille de route. Cette présentation intervient à un moment charnière, peu après que la mission Bothorel a remis son rapport sur la politique de la donnée, en décembre dernier, et alors que le conseil d’administration de l’association a été entièrement renouvelé.

C’est l’élu de la métropole de Lille Akim Oural qui est désormais à sa tête. “Notre volonté absolue pour 2021-2022 est d’associer l'ensemble des collectivités, quelle que soit leur taille, aux enjeux de la data”, expose le nouveau président de l’association. Environ 700 collectivités ont aujourd’hui ouvert quelque 35 000 jeux de données publiques, mais ce sont essentiellement les plus grosses d’entre elles : régions, départements, métropoles, grandes villes. On est bien loin des 5 000 collectivités concernées par l’ouverture par défaut imposée par la loi Lemaire de 2016.

Lire la suite (Acteurs publics)