Un “think tank” exhorte les acteurs publics à concilier numérique et écologie

La Fondation Internet nouvelle génération a publié son “agenda pour un futur numérique et écologique”. Elle y développe des pistes pour que les acteurs publics fassent du numérique un levier de la transition écologique.

©Pixabay

Concilier numérique et transition écologique, c’est souhaitable et ce serait même possible. C’est ce que veut croire la Fondation Internet nouvelle génération (Fing), un think tank du numérique, à en lire son “Agenda pour un futur numérique et écologique”, qu’elle vient de publier en ligne, en partenariat notamment avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), après trois années de travaux.

Ce document d’une centaine de pages balaye 20 défis à relever pour que numérique et écologie aillent de pair, que ce soit dans l’industrie, les politiques environnementales ou l’organisation de la mobilité… Si l’industrie a évidemment son rôle à jouer “pour montrer la voie” en promouvant un numérique “écologique by design”, la mise en œuvre de cet agenda ne peut aller sans une implication forte des acteurs publics, notamment locaux, seuls à même d’orchestrer les transformations induites par la révolution numérique. Tout au long de son rapport, la fondation plaide pour une approche concertée et collaborative entre les innovateurs, les citoyens et les pouvoirs publics.

Lire la suite (Acteurs publics)