La pandémie va-t-elle créer une ubérisation du travail intellectuel ?

Publié le 19 09 2022 | Mis à jour le 24 11 2022

©xyz+ / Stock.Adobe.com

Les nouvelles méthodes de travail apparues pendant la crise du  Covid-19 offrent de précieux enseignements sur l’avenir de l’économie à la tâche pour les travailleurs du savoir.

L’expression « gig economy », que l’on pourrait traduire par économie à la tâche, économie à la mission ou encore ubérisation du marché de l’emploi, est née en 2009 sous la plume de l’ancienne rédactrice en chef du « New Yorker », Tina Brown. Celle-ci décrivait comment les travailleurs du savoir menaient de plus en plus souvent « toute une série de projets flottants, de missions de conseil et d’activités à temps partiel dans une économie numérique ».

Il était alors communément admis que cette économie à la tâche allait redéfinir l’emploi des cols blancs et remettre en question l’existence même des entreprises de services. Pourquoi faire appel à une société d’analyse de données pour un projet, alors que vous pourriez avoir un accès illimité à des experts, reliés par une plateforme numérique de portée mondiale, qui pourraient travailler en commun pour vous ? Pendant un certain temps, il semblait bien que les choses allaient dans ce sens : le concours doté d’un million de dollars lancé par Netflix en 2009 pour développer le meilleur algorithme de recommandation a été remporté par une équipe qui n’appartenait pas à une seule entreprise – ni même à une seule région géographique.

Lire la suite (Harvard business review)