Stanislas Guerini reçoit le rapport Data et Territoires dédié à renforcer l’accès aux services publics et le déploiement du numérique dans les territoires

Publié le 13 11 2023 | Mis à jour le 18 07 2024

En avril dernier, le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guerini, a confié à trois responsables politiques, appuyés par la direction interministérielle du numérique (DINUM), la mission d’identifier les opportunités de renforcement de l’exploitation des données par les collectivités territoriales autour de cas d’usages porteurs d’impact au profit des citoyens, des agents publics et des politiques publiques. L’objectif : renforcer l’utilisation de la donnée par les collectivités territoriales au profit des citoyens, des agents ou des politiques publiques.

Christine Hennion, ancienne députée des Hauts-de-Seine (3e circonscription) et conseillère municipale de Courbevoie, Magali Altounian, adjointe au maire de Nice et conseillère régionale Région Sud et Bertrand Monthubert, président du Conseil National de l’Information Géolocalisée (CNIG), d’Ekitia et d’OpenIG ont ainsi remis, le jeudi 9 novembre, les résultats du rapport Data et territoires.

Dans l’optique de renforcer la collaboration interinstitutionnelle, répondre de manière plus efficace aux demandes croissantes de transparence dans la prise de décision publique et relever les défis mondiaux qui exigent une utilisation accrue des données, 22 recommandations reparties en 6 axes clés ont été formulées afin de faire de la donnée territoriale un instrument puissant et partagé pour guider les décisions, améliorer la vie démocratique et relever les défis complexes de notre époque.

  1. Mettre en place une gouvernance pour faciliter le dialogue État-collectivités sur la donnée

  2. Faciliter l’accès aux données pour les collectivités

  3. Accompagner le passage à l’échelle des initiatives réussies sur les territoires (création d’un programme d’accélération, soutien des approches d’appels à communs plutôt qu’appels à projets)

  4. Renforcer l’acculturation mais aussi la connaissance réciproque entre État et collectivités (création d’un programme d’échanges de type Erasmus pour les agents de l’État et des collectivités travaillant dans le domaine des données)

  5. Financer la politique de la donnée

  6. Garantir la confiance (encourager les démarches de charte éthique de la donnée, soutenir les initiatives citoyennes en matière de données)

Lire la suite (numerique.gouv.fr)