Une révolution du télétravail à petits pas dans la fonction publique

Publié le 19 09 2022 | Mis à jour le 29 11 2022

©Halfpoint - stock.adobe.com

Aujourd’hui, 42 % des agents publics télétravaillent occasionnellement, contre 22 % avant le début de la crise sanitaire, selon une enquête commandée par l’éditeur de logiciels Wimi. Une large majorité d’agents souhaitent poursuivre l’aventure. Plusieurs freins demeurent néanmoins, comme les problèmes d’équipement ou le manque de confiance des managers.

Il y aura bien un avant et un après-crise en matière de télétravail dans la fonction publique. Selon la deuxième édition du “baromètre du travail ouvert”, réalisé par l’éditeur de logiciel Wimi et par Ipsos, la fonction publique se convertit peu à peu au travail à distance.

Désormais 42 % des agents publics déclarent ainsi le pratiquer occasionnellement, contre 22 % avant le premier confinement, au printemps 2020. Par ailleurs, 62 % des agents sondés estiment qu’il y aura“demain davantage”de travail à distance et une“grande majorité” d’entre eux (70 %, précisément) souhaitent le pratiquer à l’avenir.

Le “basculement” de la fonction publique dans télétravail est toutefois “moins rapide que dans le privé”, analyse l’étude publiée mardi 14 décembre. À titre d’exemples : 58 % des salariés du privé déclarent télétravailler occasionnellement ou encore les agents publics “sont deux fois moins nombreux” que les salariés du privé à télétravailler plus de 2 jours par semaine (8 % pour les premiers contre 16 % pour les seconds). 

Lire la suite (Acteurs publics)