La France et l’Allemagne renforcent ensemble la souveraineté numérique de l’administration publique en signant une déclaration d’intention commune

Publié le 07 02 2024 | Mis à jour le 25 02 2024

Le secrétaire d’État Markus Richter, CIO de l’État fédéral d’Allemagne, et Stéphanie Schaer, directrice interministérielle du numérique (DINUM), CIO France, ont signé hier à Berlin une déclaration d’intention commune inédite visant à renforcer la coopération entre l’Allemagne et la France dans le domaine de la souveraineté numérique de l’administration publique. Cette signature est le fruit d’une longue série d’échanges entre la France et l’Allemagne, initiés il y a un an et soutenus par des réunions mutuelles des délégations allemande et française à Paris et Berlin.

À travers cette déclaration d’intention, la République fédérale d’Allemagne et l’État Français se sont donc fixés comme priorité stratégique de renforcer la souveraineté numérique de l’administration publique via un programme de travail commun. Il s’articule autour de deux priorités : développer conjointement une suite de produits numériques souveraine basée sur des solutions open source et interopérables permettant de construire une offre cohérente et complète d’outils numériques pour les agents publics, notamment un service de messagerie instantanée, en limitant les coûts et en capitalisant sur les efforts déjà menés par les deux pays pour atteindre cet objectif de souveraineté et développer des outils d’intelligence artificielle pour l’administration, basés sur des grands modèles de langage en open source.

L’ambition est, à terme, d’élargir cette coopération à d’autres États membres volontaires de l’Union européenne et c’est à l’occasion de la prochaine réunion des « Chief Information Officers » (CIO) qui se tiendra en mai 2024, sous l’égide de la présidence belge, que le Dr. Markus Richter et Stéphanie Schaer partageront des pistes de coopération. La stratégie de la Commission européenne en matière de logiciels libres et les stratégies propres à chaque État membre serviront de pierre angulaire à ces efforts concertés.

« Les crises dans le monde nous montrent clairement à quel point il est important de renforcer la souveraineté nationale et européenne, en particulier dans les domaines critiques. Cela vaut également pour l’informatique de l’administration publique. Nous devons renforcer notre souveraineté numérique et réduire les dépendances. Je me réjouis que nous nous engagions sur cette voie avec nos amis français. Grâce à notre collaboration, la souveraineté numérique sera portée à un niveau européen »

Lire la suite (numerique.fr)