4 questions sur le nouveau comité pilote d’éthique du numérique

La France se dote d'un comité pilote d'éthique du numérique, qui sera peut-être pérennisé après 2021. Ses premiers sujets de réflexion ? Les chatbots, la voiture autonome et la place de l'IA dans le diagnostic médical.

Pixabay

Lié au Comité consultatif national d’éthique, le comité pilote d’éthique du numérique répond à une demande du Premier ministre d’avoir une structure capable « de remettre des premières contributions sur l’éthique du numérique et de l’intelligence artificielle et de déterminer les équilibres pertinents pour l’organisation du débat sur l’éthique des sciences et technologies du numérique et de l’intelligence artificielle. »

Il s’avère que l’idée d’un tel comité pilote figure aussi dans le rapport du député Cédric Villani. Intitulé « Donner un sens à l’intelligence artificielle », le document recommande la création d’un tel organe pour produire des propositions « en toute indépendance  ». Dans l’esprit du parlementaire, le comité pourrait être saisi par le gouvernement, les grandes écoles et les universités, et même s’auto-saisir.

Lire la suite (Numerama)