À Bercy, les agents coachent leurs managers sur le numérique

Le secrétariat général des ministères économiques et financiers a lancé une expérimentation de tutorat inversé, où ce sont les agents qui accompagnent leurs responsables dans l’utilisation des outils digitaux. Une hiérarchie inversée censée favoriser les solidarités intergénérationnelles mais aussi améliorer l’exercice des missions.

mentorat inversé

La conférence « Connecter son manager » par les mentors du Secrétariat général et Laure Marelli CDO Natixis,
vue par des facilitatrices graphiques

 

À Bercy, les agents coachent leurs managers sur le numérique (acteurs publics)

28 juin 2017, par Bastien Scordia

Le secrétariat général des ministères économiques et financiers a lancé une expérimentation de tutorat inversé, où ce sont les agents qui accompagnent leurs responsables dans l’utilisation des outils digitaux. Une hiérarchie inversée censée favoriser les solidarités intergénérationnelles mais aussi améliorer l’exercice des missions.

Twitter, Facebook, LinkedIn ou Instagram : aujourd’hui, les réseaux sociaux sont légion. Mais qu’en est-il de leurs usages au sein des ministères économiques et financiers ? Comment les cadres supérieurs de Bercy y sont-ils sensibilisés et quels peuvent en être les impacts sur l‘organisation du travail ? Autant de questions auxquelles le secrétariat général (SG) du ministère a souhaité répondre en lançant une expérimentation de tutorat inversé, où les cadres dirigeants du ministère peuvent se voir “coachés” dans leur usage des réseaux sociaux par des “mentors”, agents volontaires de Bercy (parfois même sous leurs ordres). Ce projet a été porté en partenariat avec le groupe bancaire Natixis, qui en avait déjà fait l’expérience dans sa propre organisation.

Présentée lors de la journée “Bercy Innov”, consacrée à l’innovation, aux ministères économiques et financiers, mardi 27 juin, l’opération en question, intitulée “Connecte ton manager”, s’inscrit dans une démarche globale du secrétariat général visant à sensibiliser les agents du ministère à ce qu’est le numérique. Ce “reverse mentoring”, véritable logique inversée dans les relations hiérarchiques, est une “pièce du puzzle de notre chantier numérique, estime Isabelle Braun-Lemaire, secrétaire générale des ministères économiques et financiers. Ce sont des thématiques sur lesquelles (les agents) doivent progresser, on ne peut pas penser que l’on sait tout […] il ne faut pas être déconnecté, le monde bouge, les modes de collaboration et de rapport au travail changent”.

Pas que des “geeks”

Par souci de “synergies intergénérationnelles”, la communauté des mentors n’est pas uniquement composée de “geeks” ou de personnes issues de la génération dite Y ou “digital natives”, c’est-à-dire nées durant l’avènement d’Internet et des usages digitaux. Plusieurs moniteurs présents lors de Bercy Innov avoisinaient les 40 ans. “Ce n’est pas qu’une affaire de générations, les jeunes ont des choses à nous apprendre mais il ne suffit pas seulement d’avoir 25 ans pour être mentor, certains jeunes ont eux aussi besoin d’être mentorés”, ajoute Isabelle Braun-Lemaire.

Donner la parole aux “jeunes” reste néanmoins une nécessité pour renouveler les pratiques managériales. “Ils ont beaucoup de choses à dire à la génération au pouvoir, qui a généralement passé la cinquantaine”, souligne Vincent Soetemont, délégué à l’encadrement supérieur auprès du secrétariat général des ministères économiques et financiers. Ce dernier s’est lui-même prêté à l’exercice du tutorat inversé, a approfondi son usage de LinkedIn et s’est inscrit sur Twitter. “Grâce à mon tuteur, j’ai pu prendre des nouvelles de Cindy Crawford, plaisante-t-il. Mais surtout prendre conscience de l’importance des réseaux sociaux pour tisser des liens, dans les longs couloirs de Bercy, où l’on ferme beaucoup de portes, comme à l’extérieur du ministère.”

Répondre aux besoins

L’émergence de communautés professionnelles n’est néanmoins pas la seule finalité de cette expérimentation. “Nous essayons de guider les cadres supérieurs du ministère dans la sélection de leurs réseaux sociaux en fonction des besoins de leurs métiers, témoigne un moniteur, chargé d’accompagner un responsable « Achats publics » du ministère. Ils pourront ainsi se servir de ce qu’ils y trouveront pour exercer leurs fonctions.”

Au total, 5 sessions d’échange d’une heure sont prévues entre les moniteurs et les “monitorés”. Lancé il y a un mois, le programme pourrait être mis à la disposition de l’ensemble des ministères économiques et financiers “une fois qu’il sera rodé”, précise Isabelle Braun-Lemaire.