Comment agir concrètement pour un univers plus inclusif ?

Si le confinement a mis un nouveau coup de projecteur sur le problème de la fracture numérique en France, le problème n’est pourtant pas résolu. Entre difficulté d’accès aux équipements et éducation aux outils du numérique, comment rendre le numérique plus inclusif auprès de ceux qui en ont le plus besoin ?  

Marie Cohen-Skalli, co-directrice de Emmaüs Connect, qui lutte contre la précarité sociale et numérique, nous raconte dans une interview au long-cours les moyens d’agir pour un numérique facteur de réussite commune et de société plus équitable.

© Bowie15 via Getty images

Quel est le rôle d'Emmaüs Connect ?

Marie Cohen-Skalli : Emmaüs Connect a un double rôle. Nous sommes un acteur de terrain, qui lutte contre la précarité sociale et numérique. Dix millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté et cinq millions d’entre eux sont en situation de précarité numérique et sociale. Notre objectif, c’est de faire en sorte que le numérique ne soit pas un facteur aggravant d’exclusion sociale et de pauvreté, donc nous travaillons avec ces personnes pour qu’elles bénéficient des mêmes opportunités que tout le monde en matière de numérique. 

Le premier cercle d’action, c’est de répondre aux urgences. Généralement, il s’agit de personnes qui n’ont pas les moyens d’acquérir un équipement numérique, car elles peuvent gagner moins de 650 euros par mois. Notre rôle est de les équiper à prix solidaire, puis de les connecter, par exemple avec des recharges Internet, et enfin de les accompagner sur les compétences numériques de base pour créer l’autonomie. 

En parallèle, notre second rôle est celui d’activateur, si l’on peut dire. On va utiliser notre savoir-faire pour le transmettre à des structures sociales pour les encourager à passer à l’action en matière d’inclusion numérique au sein de leur structure.  On est aussi impliqué dans différents dispositifs d’animation éditoriale pour que de plus en plus d’acteurs s’intéressent à l’inclusion numérique. 

Dans le détail, comment le numérique peut-il être un facteur aggravant de précarité sociale ?  

Il peut agir comme une double peine. Le plan gouvernemental Action publique 2022 fait passer presque 100% des démarches administratives en ligne. Qu’est-ce que ça provoque ? Les personnes exclues du numérique peineront plus pour avoir recours à leurs droits tandis que les personnes qui se déplaçaient ou faisaient leurs démarches par papier ne seront plus autonomes. 

C’est une question d’accès aux droits, mais aussi aux services essentiels : accéder à l’emploi, à la santé, aux transports, etc. Ces éléments sont essentiellement en ligne aujourd’hui. Elles peuvent être des barrières supplémentaires, créer une sorte de parcours du combattant pour ces personnes qui n’ont pas accès au numérique. Être exclu du numérique, c’est un facteur stigmatisant supplémentaire, qui creuse l’écart dans le pouvoir d’agir des personnes. 

Lire la suite (L'ADN)