Comment l’État veut s’emparer des données pour améliorer la gestion de ses RH

En même temps que tous les autres ministères, celui de la Transformation et de la Fonction publiques a publié sa feuille de route pour “transformer l'action et la fonction publiques par la donnée”. Elle prévoit notamment l'exploitation des données sur les ressources humaines pour améliorer la gestion et mieux piloter la politique salariale de l'État. 

©Funtap / Stock.Adobe.com

Depuis cet été, chaque ministère s’est doté de sa propre feuille de route “données, codes sources et algorithmes”. Le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques, qui coordonne la politique de la donnée pour le Premier ministre, n’échappe pas à la règle. Sa propre feuille de route, publiée le 27 septembre, contient 50 actions principalement axées sur l’ouverture de données et leur partage avec les autres administrations.

Pour le ministère, cette feuille de route doit permettre, “grâce à la donnée” de “rendre plus efficace, innovante et transparente la transformation même de l’État, tant en matière d’amélioration de la qualité des services publics, de simplification des procédures et d'allègement des contraintes, que de pilotage et d’évaluation des réformes”, mais aussi, pour ce qui est de la fonction publique, de “rénover grâce aux données la gestion des ressources humaines dans les administrations, de piloter la politique salariale ou encore de bâtir de meilleures mesures relatives à l'égalité des carrières professionnelles et des rémunérations”.

Lire la suite (Acteurs publics)