Digital natives et chefs d'entreprise : des générations déconnectées

L'étude « The Born Digital Effect » réalisée par Citrix montre que les natifs du numérique pourraient permettre aux entreprises qui les emploient de générer 1 900 milliards de dollars de bénéfices supplémentaires. Reste que pour y parvenir, les décideurs doivent prendre en compte leurs aspirations professionnelles et méthodes de travail, ce qui est loin d'être le cas.

©FS-Stock - stock.adobe.com

Les digital natives, issus des générations Y (nés entre 1981 et 1996) et Z (après 1997), représentent désormais la majeure partie des actifs au niveau mondial. Nourris aux technologies numériques dès leur plus jeune âge, ces jeunes travailleurs pourraient représenter de l’or pour leurs employeurs. Dans une étude consacrée à ce sujet, Citrix Systems estime que les Millenials pourraient générer des gains substantiels de 1 900 milliards de dollars pour les entreprises. Mais pour arriver à ce résultat, leurs employeurs devront les accompagner et s’adapter à leurs pratiques de travail, ce qui est loin d’être le cas.  Le rapport « The Born Digital Effect », réalisé par le fournisseur auprès de 1 000 chefs d’entreprise et 2 000 employés dans dix pays dont la France (et également en Allemagne, Pays-Bas, Royaume Uni, Mexique, Etats-Unis, Emirats Arabes Unis, Chine, Inde et Japon) a donc pour objectif de comprendre les attentes des jeunes générations vis à vis du travail et d’élaborer une stratégie à destination des entreprises et de l’économie au sens large.  Les résultats montrent en effet que les dirigeants sont complètement déconnectés des aspirations profondes des natifs du numérique.

Lire la suite (Le Monde informatique)