« Il ne faut surtout pas diaboliser la data, ce serait une grave erreur », Aurélie Jean.

Docteure en sciences des matériaux et en mécanique numérique, entrepreneure, Aurélie Jean est une figure internationale de la modélisation et de l’algorithmique. Elle est l’auteure de « De l’autre côté de la machine » paru en 2019 et qui a reçu le prix du livre INfluencia en 2020. Aujourd’hui, alors que les algorithmes ordonnent et influencent nos vies – et pas seulement sur la Toile – elle se demande : « Les algorithmes font-ils la loi ? »

©peshkova - stock.adobe.com

INfluencia :  à la question : les algorithmes font-ils la loi ? qui est le titre de votre nouveau livre, Vous répondez : non, mais ils sont partout. Vous conseillez alors de les dompter plutôt que de les réguler. De quelle façon ?

Aurélie Jean : on doit « dompter » les algorithmes, ce qui est une métaphore bien évidemment (rires), par l’obligation pour chaque acteur (individuel, institutionnel ou privé) d’avoir une gouvernance algorithmique pertinente pour assurer le bon fonctionnement de ces entités mathématiques et numériques. Cela inclut les bonnes pratiques de développement, de tests, de backtesting (ou « test rétroactif de validité », i.e. une fois que l’algorithme est utilisé en conditions réelles) et d’usage. Cela passera par une réglementation cohérente, pragmatique et souple, qui protège sans freiner l’innovation.

IN :  les Peut-on dire que les algorithmes sont intelligents ?

A.J : absolument pas ! Les algorithmes maîtrisent un raisonnement analytique uniquement. Ils sont très efficaces, mais sans aucune maîtrise d’une intelligence générale.

Lire la suite (Influencia)