La digitalisation RH progresse mais peut mieux faire

Une étude internationale menée par SD Worx durant la crise sanitaire révèle que la majorité des entreprises et des employés français souhaiteraient disposer d'un plus grand nombre de fonctionnalités numériques pour gérer leurs problématiques RH. Conscient des enjeux de la digitalisation, plus de la moitié des professionnels ont engagé des projets dans ce sens sur le court terme, dont certains s'appuient sur des solutions d'ESM.

©Prostock-studio / Stock.Adobe.com

La crise sanitaire a montré  l’importance de la dématérialisation des processus RH auprès des salariés et de leurs employeurs. A tel point que l’on note des deux côtés une forte demande en solutions numériques pour mieux assurer la gestion du capital humain. Tel est le principal constat d’une étude réalisée en juin 2020 par SD Worx auprès de 3 000 entreprises basées dans 11 pays européens, dont la France (Belgique, Pays-Bas, Italie, Espagne, Irlande, Allemagne, Autriche, Suisse, Pologne, Royaume-Uni). Les sociétés interrogées sont de taille variable – allant de moins de 100 employés à plus de 1000 et représentent 4 secteurs économiques différents. Selon les résultats, si la plupart des collaborateurs (entre 39 et 48% en moyenne en France) doivent se référer directement à leur service RH pour obtenir les réponses à leurs questions, près de la moitié apprécierait de voir leurs demandes gérées électroniquement.

Un souhait partagé par leurs dirigeants puisqu’ils sont 59,8% à déclarer avoir des plans de numérisation à court terme (moins d’un an) pour améliorer l’expérience et les services RH apportés au personnel. L’objectif de ces projets est de renforcer le taux d’engagement des ressources qui reste très faible aussi bien en France (6,6/10) que dans le reste de l’Europe (6,8 en moyenne). Un taux qui dépend du niveau d’un point de vue RH de caractéristiques telles que le bien-être au travail, le sentiment de sécurité, le développement personnel et les perspectives d’évolution. Or, selon les salariés interrogés, certaines devraient davantage être tournés vers le numérique.

Lire la suite (Le Monde informatique)