« La stratégie de l’Etat n’est pas le tout numérique »

A l’occasion d’un point d’étape sur la numérisation des services publics, la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques a rappelé que si la dématérialisation des services publics fait l’objet d’un portage politique fort, le numérique n’a pas vocation à se substituer aux autres canaux et modalités de contact avec les administrations publiques.

© Fotolia.com

La numérisation des services publics poursuit son cours, et l’on compte désormais 212 démarches numérisées parmi les 250 les plus utilisées par les usagers, a annoncé la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, lors d’un point d’étape lundi 6 septembre.

30 démarches supplémentaires peuvent donc être effectuées en ligne par rapport à octobre 2020, parmi lesquelles l’aide juridictionnelle, l’établissement d’une procuration de vote, ou encore l’inscription en ligne au collège ou au lycée. L’objectif est d’en avoir dix de plus d’ici fin 2021, pour arriver au « 100% démat’ » souhaité par le gouvernement pour 2022.

Ce mouvement de numérisation massif n’est pas hors sol puisqu’il s’accompagne du recueil du ressenti des usagers, a insisté la ministre : « Nous avons une note moyenne de 7,4/10. Notre objectif est d’arriver à une moyenne de 8, et de n’avoir aucune démarche notée en dessous de 7/10 », a-t-elle détaillé 

Lire la suite (La gazette des communes)