Le no-code, nouveau sésame pour les non-initiés à la programmation ?

Le mouvement no-code est devenu en trois ans une vraie alternative à la programmation. Des solutions permettent de créer un site Web ou une appli mobile sans pour autant être un développeur confirmé.

©yurich84 / stock.adobe.com

Dans la série Devs d’Alex Garland, auteur et réalisateur de Ex Machina et Annihilation, des génies de la programmation bâtissent un ordinateur quantique capable de recréer le passé et prédire le futur. Le no-code va-t-il rendre ces super héros de l’informatique obsolètes ? Sans doute pas. Ce terme décrit de nouvelles solutions qui permettent à n’importe qui de créer son site Web ou son appli mobile en assemblant des éléments graphiques. Ces outils simples à utiliser après un apprentissage rapide représentent une alternative jusque-là inconnue aux formations de codage qui fleurissent depuis quelques années, comme l’école 42 de Xavier Niel ou Simplon.co pour les personnes éloignées de l’emploi.

Dès 2018, Usbek & Rica faisait le portrait d’Emmanuel Straschnov, co-fondateur de Bubble, une des start-ups qui offrent ce genre d’outils. À l’époque, le trentenaire à sa tête employait une dizaine de personnes et refusait de lever des fonds. Aujourd’hui, il est l’invité vedette du Web Summit de Lisbonne, Bubble compte une soixantaine de personnes et recrute à tour de bras. Et la start-up franco-américaine a levé en juillet dernier 100 millions de dollars, preuve que le no-code est devenu un secteur prometteur aux yeux des investisseurs de la tech.

Lire la suite (Usbek et Rica)