Le salarié du futur sera connecté, autonome et engagé

La crise liée au Covid-19 a contribué à accélérer certaines évolutions récentes en matière d’organisation du travail. Le changement le plus visible est la généralisation, voire le recours massif au télétravail. Mais la véritable mutation est ailleurs et résulte d’une conjonction de facteurs : l’émergence des nouvelles technologies qui rendent le salarié plus autonome, tout en bousculant les modalités traditionnelles d’organisation du travail ; l’intensification de la concurrence qui oblige à adapter en permanence la formation des salariés ; et les attentes des nouvelles générations qui veulent donner un sens à leur présence dans l’entreprise. Plus efficace et plus agile, le salarié du futur sera aussi plus épanoui dans son travail.

©Drazen / Stock.Adobe.com

Si les entreprises, gouvernements et organisations diverses reprennent petit à petit leurs activités à travers le monde, la pandémie a néanmoins contribué de manière décisive à transformer le monde du travail. Selon une enquête, près de 70% des individus pensent que cette crise changera de manière durable les méthodes de travail.

Souplesse et flexibilité

Le télétravail n’est pourtant que la partie émergée de l’iceberg. Cette tendance s’inscrit dans un mouvement de transformation bien plus vaste, et qui n’est pas encore achevée à ce jour. La plupart des salariés aspirent à une plus grande flexibilité dans l’organisation du travail et à la mise en place de solutions personnalisées. Selon une étude récente, plus d’une personne sur deux estime qu’il est très important de pouvoir travailler depuis n’importe où.

Or, les nouvelles technologies offrent justement la possibilité de mettre en place une organisation du travail plus souple et de dessiner les contours de l’activité de demain. Grâce au numérique, le salarié du futur sera connecté en permanence : il aura la possibilité de choisir les moments de la journée au cours desquels il travaillera, ainsi que les lieux où il exercera son activité (entreprise, domicile, résidence secondaire, site de coworking, etc.).

Lire la suite (Harvard business review)