Les jeunes Français, victimes insoupçonnées de la précarité numérique

Ils sont souvent très équipés en smartphones et à l’aise sur les réseaux sociaux, mais une partie des jeunes Français manque de compétences numériques, nourrissant les inégalités d’accès à l’emploi.

©Photographee.eu / Stock.Adobe.com

« Je veux le scanner avec mon téléphone pour qu’il soit automatiquement sur mon ordinateur. » Au point d’accueil d’Emmaüs Connect, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Saïd n’a qu’un seul objectif en tête : envoyer par e-mail son CV à un recruteur. Et le sexagénaire insiste, il veut être capable de refaire cela chez lui. Saïd refuse donc catégoriquement que d’autres mains que les siennes ne s’approchent de son clavier. Comme lui, ils sont une dizaine à participer à cette « permanence numérique », où la moyenne d’âge avoisine la cinquantaine. Mais à l’écart de l’atelier, une présence dénote : celle de Samba, jeune cuisinier de 20 ans.

Samba ne correspond pas au profil habituel des « exclus » du numérique qu’accueille Marie Talhouarne, responsable du lieu. « On reçoit moins de jeunes, car ils sont plutôt familiers avec les usages numériques », explique-t-elle. Les jeunes sont d’ailleurs 97,3 % à se considérer comme assez ou très compétents avec un smartphone, selon l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep).

Lire la suite (Le Monde)