Les services publics de demain : remettre de l’humain contre « l’Etat Excel »

Dans une France marquée à la fois par le numérique et le vieillissement, l’Etat doit se mettre en réseau, mais aussi tenir compte de l’illectronisme. Cinq experts et la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, ont donné leur vision de l’avenir des services publics lors de notre soirée débat.

©kite_rin - stock.adobe.com

Quelle sera l’évolution des services publics dans les trente ans à venir ? C’est la question autour de laquelle sont intervenus les invités de « l’Obs », lors de notre soirée spéciale le 6 mai.

Philippe Wahl, PDG du groupe La Poste, a illustré le basculement de son entreprise : il y a trente ans, quand La Poste était encore un département de l’Etat, le courrier constituait 70 % de son chiffre d’affaires, contre 19 % en 2020. En 2049, pronostique-t-il, ce sera 2 % !

« Envoyer une lettre, ce sera le luxe ultime, dans une société totalement numérisée. Ce sera très chic et très cher. »

A cet horizon de trois décennies, La Poste sera « l’entreprise du lien, dans une société qui sera caractérisée par son vieillissement – il y aura 3 millions de nonagénaires – et sa digitalisation ». « Il y aura de plus en plus de colis », que les facteurs continueront à livrer, mais ils seront aussi devenus conseillers administratifs, livreurs de repas et de médicaments et ils feront aussi « de la pure visite de lien social » pour lutter contre l’isolement.

Lire la suite (Nouvel obs)