L'Institut Montaigne pointe les imperfections du RGPD

L'Europe est devenue une bonne élève sur la protection des données personnelles grâce à l'avènement du RGPD. Mais pour l'Institut Montaigne, ce texte connaît encore des imperfections qu'il serait nécessaire de corriger pour continuer à être un exemple international. Le think tank pointe notamment le manque de transparence autour de l'IA et l'inadaptation des sanctions prononcées en cas de violation du texte européen.             

©Pixabay

"L'objectif de protection des données (…) est dans une balance réglementaire avec l'efficacité ou gains économiques pour les individus et les entreprises, et l'intérêt public", schématise François Godement, rédacteur d'une nouvelle étude commandée et publiée le 12 décembre 2019 par l'Institut Montaigne sur le Règlement général sur la protection des données (RGPD). Ce consultant pour le ministère des Affaires étrangères ne tarit pas d'éloges sur ce texte européen, constitué de "88 pages superbement écrites", et qui a réussi un pari complexe : trouver un "équilibre subtil entre protection des personnes physiques, nécessité commerciale des données et des exemptions de protection".

Lire la suite (L'usine digitale)