L’intelligence artificielle prédictive et la souveraineté technologique de l’Union

Pour qu’il soit convergent avec l’organisation politique des démocraties européennes basée sur l’égalité entre individus et non l’équité entre communautés d’appartenance, le cadre technologique qui utilise les concepts de non-discrimination et d’équité ne doit pas figer les identités des individus en leur assignant des étiquettes réductrices, ni les inscrire dans des communautés fermées. Comment s'assurer d'un système d'intelligence artificielle prédictif et éthique qui ne soit pas discriminant au regard de critères proprement européens ?
Cette étude part de ce défi algorithmique, juridique et socio-politique pour proposer des pistes de réponse.

©Adelevin / Getty Images
  • La souveraineté technologique est un enjeu stratégique pour la souveraineté politique des démocraties libérales de l’Union. L’expansion des technologies d’intelligence artificielle et la privatisation des normes qui les sous-tendent déstabilisent les États et les sociétés européennes.
  • L’Europe technologique doit promouvoir et construire un cadre technico-normatif fidèle à ses valeurs universalistes d’égalité entre les individus, et à son organisation sociopolitique où le rôle de l’État et de ses représentants prévaut sur les autres parties prenantes.
  • Pour ce faire, elle doit relever les défis techniques liés à la discrimination algorithmique dans un contexte où le modèle normatif des dispositifs d’intelligence artificielle crées par les grandes plateformes américaines (cloud et applications), traduit une approche multi-culturaliste fondée sur la quête d’équité entre les différentes communautés d’appartenance et un rôle réduit du politique.
  • Le défi est d’autant plus important à relever que ces dispositifs, et leurs normes, sont utilisés par un nombre croissant d’industries et d’administrations publiques européennes, faute d’alternatives autonomes.

Lire la suite (legrandcontinent.eu)