Sommes-nous prêts à cohabiter avec les robots ?

Au travail ou à la maison, les robots sont appelés à envahir notre quotidien. Pas pour nous remplacer, mais pour nous accompagner et nous assister. Avant de les accueillir dans nos vies, reste tout de même à améliorer la cohabitation avec eux… Un défi de taille pour la recherche à explorer dans cet article et grâce à FutuRobot, une série d'évènements dédiés à la robotique organisés par le CNRS jusqu'en juin 2021.     

©phonlamaiphoto / Stock.Adobe.com

Pertinent, faisant exactement ce qu’il faut au bon moment et de la meilleure façon possible, naturel, facile d’accès, non intrusif, intuitif, adaptatif… Le portrait-robot du gendre idéal version 2020 ? Non, le profil du parfait robot interagissant avec des humains. N’en déplaise aux technophiles, une telle merveille n’existe pas. Pas encore. Les millions de robots à l’œuvre aujourd’hui de par le monde sont pour la plupart des dispositifs capables d’exécuter des tâches répétitives, spécialisées, préprogrammées, mais inaptes ou presque à coopérer avec des opérateurs en chair et en os dans la rue ou un lieu public, hors de leur cadre habituel d’expérimentation.

« Ces machines dépourvues de capacités d’initiative sont hyper-rigides et doivent fonctionner dans des cadres connus et contrôlés, pour des raisons de sécurité, commente Mohamed Chetouani, professeur en robotique sociale à l’Institut des systèmes intelligents et de robotique1. Pour l’instant, humains et robots travaillent le plus souvent chacun de leur côté dans le monde professionnel. »
 

Lire la suite (CNRS)