Zoom fatigue : l’université Stanford explique le phénomène et donne des solutions

Découvrez les 4 principales causes de la fatigue due aux appels en visioconférence, et les méthodes simples pour l'éviter.

©fizkes - stock.adobe.com

Dans une étude parue fin février, Stanford a identifié 4 causes principales de la fameuse fatigue liée aux appels en visioconférence, et propose des moyens simples pour en atténuer les effets, sans perdre en efficacité. Le professeur de communication Jeremy Bailenson, directeur fondateur du Stanford Virtual Human Interaction Lab (VHIL) précise que l’objectif n’est pas de dénigrer des plateformes de visioconférence en particulier, mais plutôt de souligner à quel point ces outils peuvent être épuisants sur le long terme, et de suggérer des changements d’interface simples à mettre en œuvre.

Un contact visuel rapproché trop long et trop intense

Lors d’un appel en visioconférence, la quantité de contact visuel ainsi que la taille des visages sur les écrans, ne sont pas naturels. En effet, à la différence d’une réunion classique, au cours de laquelle il est possible de regarder l’animateur, ses notes ou encore de détourner le regard quelques instants, lors d’un appel en visioconférence, tout le monde regarde tout le monde en permanence. Même lors d’une réunion ou vous n’êtes pas amené à prendre la parole, vous regardez toujours les visages qui vous regardent, et la quantité de contact visuel est considérablement augmentée.

Lire la suite (BDM)